157 765 visites 6 visiteurs

LE 24/24 DE GIO L'ITWER FOU

29 août 2018 - 12:39

Parler de soi n’est jamais tâche aisée. Le narcissisme prend souvent le dessus sur l’objectivité et ne pas paraître prétentieux (surtout pour moi) est souvent mission compliquée. Restons alors dans le politiquement correct et effectuons une présentation objective de l’auteur. Giovanni Laplace prendra ses 30 printemps dimanche arrivant. Bien sûr, le garçon aurait préféré fêter son anniversaire le jour d’un deuxième tour de Coupe de France plutôt que lors d’un premier tour de Coupe des Pays de Loire. Arrivé à Bécon les Granits à l’âge de cinq ans, il a connu ses premières amours au club du village. Passé par le Lac de Maine en U19 régionaux, il a ensuite stoppé le football avant de revenir dans son club de cœur il y a trois ans maintenant. Amoureux de l’OBVA et de son état d’esprit, il tient le rôle « d’écrivain » du club et essaye d’apporter sa pierre à un édifice ayant toujours besoin de bénévoles. Aimant les histoires d’hommes, il ne pouvait rêver meilleur club que celui dans lequel il évolue aujourd’hui. Pour longtemps encore ? Tant que les jambes tiennent, nul doute que ce petit bonhomme d’1M70 haïssant la défaite sera toujours présent sur les terrains…

 

1) Pourquoi le football ?

Mon père n’est pas un grand fan de football, ou tout du moins du monde du football, et du côté de ma mère, personne n’a jamais joué dans sa famille. Je tire ma passion de mon meilleur ami, Anthony Guibert, alias Poulpo, ancien du club passé par le Sco d’Angers notamment. A six ans, on voulait faire du sport ensemble et comme son père était un passionné, j’ai chopé le virus. On a pris notre première licence ensemble, à Bécon, avec Poipoire en éducateur déjà, et depuis ce temps j’aime toujours autant le ballon rond.

2) Ton club préféré en France ?

Depuis tout petit, j’ai un faible pour l’AS monaco. Les épopées du milieu des années 90, avant les années Henry et Trezeguet, ont fait pencher mon cœur pour le club du Rocher. Et que dire de l’aventure 2004 avec Giuly et consorts et ce quart de final retour face au grand Réal…

3)  … et à l’étranger ?

Je n’aime pas un club en particulier. Même en France d’ailleurs, j’aime Monaco, mais lorsqu’ils jouent mal, j’éprouve des difficultés à supporter l’équipe. En fait, je suis juste un amoureux du beau jeu, j’aime les équipes joueuses. Les équipes de Klopp, de Sarri, de Guardiola, elles me procurent du plaisir. Je regarde du foot pour avoir des émotions. Par exemple, je n’aimais pas Chelsea sous Conte, et aujourd’hui, avec Sarri, je sais que je vais me régaler tout au long de la saison. La philosophie m’importe plus que le blason.

4) Croque Monsieur ou Pizza ?

Certains diront qu’avec mon prénom, je suis obligé de dire pizza, et pourtant, je vais dire les deux car un bon croque-monsieur gratiné au four avec un œuf dessus… cela n’a pas de prix !

5) Ta qualité première sur un terrain ?

Sans aucun doute, l’agressivité ! Je n’ai pas un gros gabarit, et pourtant j’aime aller au duel, et surtout faire le pressing. C’est mon truc je pense. Sortir d’un match sans être lessivé, et qui plus est en ayant perdu, ce n’est pas trop ma « came ».

6) … et ton plus gros défaut ?

Facile, ma « grande gueule » ! Lorsque je pense plus à parler qu’à jouer, je deviens mauvais… déjà que je ne suis pas terrible à la base (rires).

7) OM ou PSG ?

Franchement, je n’ai rien contre les deux. Je suis assez supporter des clubs français lorsqu’ils produisent du jeu. Avec le PSG, depuis l’arrivée du Qatar, et notamment sous l’ère Laurent Blanc, on prend franchement du plaisir à les regarder. L’OM, les années Deschamps, même quand ils étaient champions, je m’emmerdais sérieusement. Depuis la saison dernière, je trouve qu’il y a du mieux chez les phocéens et cette équipe me fait rire, car elle est à l’image de ses supporters… complètement tarée !

8) Ton joueur préféré ? 

Johan Cruyff ! Avec son numéro 14 dans le dos, quand j’étais petit, sur les cassettes, il me faisait rêver. Une élégance naturelle, une vista, une allure digne des plus grands acteurs. Et outre le joueur magique, l’entraîneur génial, et l’inventeur du jeu de possession, c’est aussi l’immense bonhomme qu’il était humainement qui fait que je lui voue une admiration toute particulière.

9) Tu fais quoi dans la vie ? 

Je suis journaliste hippique. Tous les jours, j’écris des articles sur les courses de chevaux et fais des pronostics. C’est mon métier de base, et à côté il m’arrive de m’offrir des petites parenthèses, dans les chevaux, dans le foot, ou ailleurs…

10) Ton coéquipier préféré ?

Elle est bancale cette question, le mec qui la pose doit être un peu sadique (rires) ! Disons que j’aime tous les mecs du club, je n’ai aucun problème avec personne, et humainement, chacun à quelque chose d’intéressant. S’il fallait en ressortir un, disons Kevin Benhachad. J’aime jouer avec lui au milieu de terrain car il ne lâche jamais rien et a une activité totalement folle. Et en dehors, dans la vie, c’est un ami, comme un frangin. Mais j’aurais très bien pu dire Wilfried Tatel, Rod et Fab Bourrigault, David Peres, et bien d’autres encore….

11) C’est qui le plus technique à l’OBVA ? 

Dans l’élégance, sans aucun doute Fab Bourrigault. Il a la classe ce mec quand il joue. Après il faut dire qu’avec Kevin, quand on joue au milieu avec lui, on court deux fois plus donc il a le temps d’être lucide quand il a le ballon et de régaler (rires). Pour ceux qui ne le connaissent pas, il y a aussi Guillaume Lemeré, nouvel attaquant du club, son pied gauche, c’est haut niveau pour moi !

12) … et le moins technique ? 

Si on pouvait mélanger mon Poupoute (fallait forcément que je te chambre mon ami), mon Jo Cara (qui fait des progrès), et mon Alex Belouin (qui réalise un récital de précision technique depuis le début de la saison, rires), cela donnerait un joueur qui pourrait facilement rivaliser avec Luka Modric niveau technique.

13) Ping-pong ou bière-pong ?

J’ai fait du Tennis de Table pendant deux ans à la Vaillante quand je n’avais pas le droit de jouer au foot entre 13 et 17 ans, donc forcément j’aime bien le ping-pong. Mais l’autre fois, j’ai joué au bière pong pour les 30 ans d’un pote, et j’ai franchement bien aimé.

14) Messi ou Ronaldo ?

Et si vous voulez pas vous lever, même à 11 heures du soir, pour crier MESSI, MESSI, MESSI, sortez le pyjama et allez vous coucher messieurs-dames ! (Hommage à Omar)

15) Ton film préféré ? 

Titanic, je suis un grand romantique moi (rires). Après il y a la saga des Rocky, je trouve que Stalonne a créé un personnage tellement bon dans sa morale, un mec qui ne lâche jamais rien et qui a des valeurs, qu’on ne peut qu’aimer ce film. Et dans un autre style, « Les Enfants du Marais », une vie de simplicité comme je les aime avec Villeret, Gamblin, Serrault, Dussolier et toute la bande…

16) Ton style de musique ? 

Je suis complètement éclectique. De Django à PNL, j’aime tout !

17) La plus grosse connerie de ta vie ? 

Ou la, la, il y en a tellement ! Si, je me souviens, quand j’avais 17 ans, je jouais en U19 au Lac de Maine. Mes parents étaient en vacances à l’étranger, et j’avais demandé à mon père de laisser les clefs de la voiture, prétextant que j’allais leur nettoyer pour leur retour, ce que je fis d’ailleurs. Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’entre temps, pendant quasiment quinze jours, j’ai roulé comme si j’avais le permis. J’allais à l’entraînement en voiture, j’allais chercher des potes pour filer en boite de nuit à Nantes. Je savais conduire depuis l’âge de douze ans, donc cela me démangeait de sortir des chemins de campagne et d’aller taquiner la conduite urbaine. Résultat des courses, alors qu’il aurait franchement pu m’arriver des bricoles, je suis passé entre les gouttes et mes parents n’ont jamais eu vent de cette aventure….

18) Ton surnom ? 

Le plus courant, c’est GIO ! Tout le monde m’appelle ainsi, car Giovanni c’est un peu long, notamment sur le terrain.

19) Guardiola ou Mourniho ? 

Il n’y a même pas possibilité de débattre sur le sujet, pour moi c’est Guardiola ! En ce qui concerne la manière de faire jouer ses équipes, je suis un fan absolu. Pour moi, la plus belle équipe de « tous les temps », c’est son Barca avec Xavi, Iniesta, Busquets, Messi et consorts, à la fin des années 2000, c’était un pur bonheur de les regarder jouer. Quel kiff !

20) Superstitieux ? Si oui, sur quoi ? 

Je ne suis pas trop superstitieux, je suis juste un peu maniaque. Il faut que je me sente bien dans mes affaires pour jouer au football, mes chaussettes coupées, etc, sinon je gamberge ! Mais finalement, c’est peut-être une sorte de superstition (rires).

21) Si tu avais été footballeur, t’aurais joué où ? 

Dans un club où l’entraîneur aurait eu une philosophie semblable à la mienne, et surtout dans une entité où l’on aurait vraiment compté sur moi et où j’aurais pu faire toute ma carrière. La notion de fidélité, c’est important chez moi.

22) Facebook ou Snapchat ?

J’ai les deux, et j’utilise les deux. Facebook plus pour les actus, et Snap pour délirer avec les potes.

23) Le joueur pour lequel tu te prenais dans la cour de récré ? 

Il y en a deux ! Zizou, parce que Zizou quoi, pas besoin d’épiloguer. Et le deuxième c’était Ronaldo, le brésilien. R9, c’était une machine de guerre, un monstre techniquement au-dessus du lot. Si tu ne savais pas faire la roulette à la Zizou ou le passement de jambes à la Ronaldo, t’étais considéré comme pas apte à jouer dans notre équipe. Après, avec le temps, j’ai compris que le foot c’était autre chose que les gestes techniques.

24) Un mot pour définir l’OBVA ?

Famille !

Commentaires